Loading

Une alternative au système actuel

A travers une initiative citoyenne, Viriya propose une alternative au système actuel de fourniture d’électricité. Il ne remplace pas votre fournisseur actuel d’énergie, mais il vient se suppléer à celui-ci pour vous fournir lorsqu’elle est disponible une énergie propre, locale et solidaire. Permettant à tous de faire le premier pas sur le chemin de leur propre transition énergétique.

Le système actuel de production d’électricité est dépendant à 80% des ressources d’uranium, de pétrole, de gaz et de charbon pour sa production d’électricité. La France ne possédant que très peu de gisements de ses ressources naturelles, une part importante de la production actuelle d’électricité est conditionnée à la stabilité géo-politique des pays exportateurs.

Les communauté énergétique : une alternative locale

Grâce au procédé d’autoconsommation collective, il est désormais possible au niveau local de produire, de consommer et de faire profiter aux autres des surplus d’énergie. Viriya met en relation les autoconsommateurs et les autoproducteurs au sein d’une même communauté énergétique. Ainsi, tout en conservant son abonnement à son fournisseur d’électricité actuel, elle permet d’ouvrir localement une nouvelle offre d’électricité collaborative. A l’intérieur de laquelle, les producteurs et les consommateurs sont acteurs et pilotent eux-mêmes leurs transitions énergétiques.

Votre fournisseur d’énergie étant relégué en secours, la nuit ou lorsque les ressources locales sont insuffisantes. Ainsi vous pouvez transiter peu à peu vers un modèle social et plus vertueux pour l’environnement.

 

|

La communauté

La communauté est le coeur même de Viriya, Elle est le lien entre les autoproducteurs et les autoconsommateurs et porte le projet d’autoconsommation collective. Elle diffuse de l’information sur les économies d’énergie, elle favorise l’échange et le partage d’expérience.

 

 

Une reconnaissance juridique

Depuis février 2017, l’autoconsommation collective possède un cadre juridique. Ainsi l’article L315-2 du code de l’énergie définit l’autoconsommation collective :

Lorsque la fourniture d’électricité est effectuée entre un ou plusieurs producteurs et un ou plusieurs consommateurs finals liés entre eux au sein d’une personne morale et dont les points de soutirage et d’injection sont situés en aval d’un même poste public de transformation d’électricité de moyenne en basse tension.

Article L315-2 du code de l’énergie

|

La réglementation délimite ainsi en même temps un périmètre géographique. Elle précise que les adhérents à l’autoconsommation collective doivent se situer sur un même réseau électrique local. Concrètement, cela signifie que tout consommateur, qu’il soit particulier ou professionnel, peut consommer ou fournir de l’énergie à l’intérieur des câbles circulant dans son lotissement, sa zone artisanale ou commerciale.

|

Une répartition équitable

La communauté porte la responsabilité de répartition de l’énergie produite. Ainsi, elle prendra soin d’attribuer équitablement à tous ses autoconsommateurs l’énergie qu’elle dispose afin de couvrir au maximum ses besoins instantanés. Cette énergie sera automatiquement prioritaire à la fourniture dite « historique » et réalisée par votre actuel fournisseur d’électricité. Il n’y a aucun risque de coupure tant que le réseau d’EDF est présent.

Si Edf n’alimente plus le réseau, par mesure de sécurité, les onduleurs photovoltaïques se découplent de celui-ci arrêtant immédiatement l’injection d’électricité. Ainsi si la coupure à pour origine la maintenance d’une de ses lignes, le réseau reste sécurisé pour l’intervention. Au retour du courant l’ensemble des installations reprendra sa production. Pendant ces coupures, les autoproducteurs seront alors les seuls, dans certaine condition technique, à continuer à s’auto-alimenter.

|

Développer et soutenir les emplois locaux

En engageant le citoyen, la communauté accompagne également les artisans locaux dans cette transition. La nécessaire évolution de notre habitat et la décentralisation peu à peu de l’énergie, oblige les électriciens, les chauffagistes et les couvreurs à étoffer leurs connaissances.

Cependant par manque de formation ou malhonnêteté, certaines entreprises, comme ce fut déjà le cas par le passé, peuvent venir entacher la réputation de la branche solaire. Pour éviter cela, l’état a mis en place le label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) et le Quali’PV obligatoire pour tous les installateurs de matériel solaire. Assurant ainsi que l’entreprise possède les compétences nécessaires à l’installation dans de bonnes conditions du matériel. Mais il faut tout de même préciser que  malgré des contrôles sur les chantiers, ce label ne contrôle pas les pratiques commerciales et l’honnêteté de l’entreprise.

C’est pourquoi Viriya choisit d’accompagner les artisans locaux, qui sont déjà à vos côtés pour les travaux de tous les jours et en qui vous avez toute votre confiance. Viriya leur met en place des outils d’aide au dimensionnement, permettant aux installateurs d’avoir de véritables chiffres et estimations à donner à leurs clients en s’assurant que chaque futur autoproducteur puisse avoir une installation personnalisée à ses besoins. Elle les accompagne tout au long de la mise en place du matériel. Enfin, elle effectue le suivi de la maintenance en suivant la production de l’installation et en informant l’autoproducteur et l’artisan, des tâches effectuées par le passé et des tâches à prévoir dans le futur (nettoyage, remplacement onduleur, …) pour le bon fonctionnement de l’installation solaire.

|