L’autoconsommation collective est une option supplémentaire à l’autoconsommation individuelle. Elle ne nécessite aucune modification au niveau de votre installation électrique ou de votre compteur. Elle ne change en rien le fonctionnement d’une installation photovoltaïque classique. Du point de vu de l’autoproducteur,  il sera toujours prioritaire à consommer l’énergie qu’il a produit et couvrira donc tout ou partie de sa consommation instantanée. Lorsque la production solaire dépassera ses besoins, les surplus générés pourront être valorisés localement à travers le mécanisme d’autoconsommation collective porté par la communauté. Permettant ainsi à des autoconsommateurs de faire un premier pas dans leur propre transition énergétique en consommant une énergie propre et locale, tout en favorisant au niveau de son territoire une économie sociale et solidaire.

Le code de l’énergie défini le procédé d’autoconsommation collective :

Lorsque la fourniture d’électricité est effectuée entre un ou plusieurs producteurs et un ou plusieurs consommateurs finals liés entre eux au sein d’une personne morale et dont les points de soutirage et d’injection sont situés en aval d’un même poste public de transformation d’électricité de moyenne en basse tension.

Article L315-2 du code de l’énergie

 

Ainsi elle précise deux éléments importants pour mettre en place ce procédé:

Les acteurs : Elle identifie 3 acteurs, l’autoconsommateur, l’autoproducteur et une personne morale permettant la gestion et la répartition de l’énergie entre les deux premières personnes.

Le cadre géographique : Elle précise en effet qu’il doit se situer au sein d’un même réseau dit basse tension (réseau de câbles électriques parcourant les zones résidentielles, artisanales ou commerciales).

Ainsi une communauté énergétique pourra prendre naissance dès qu’un autoconsommateur et un autoproducteur auront adhérés au sein d’une même communauté locale.